Coaching de Hauts Potentiels et Zèbres

Plusieurs appellations existent pour qualifier la douance chez l’adulte.

L’entreprise utilisera souvent le qualificatif de «Haut Potentiel», ou de «Talent». Dans la pratique, les qualificatifs de «Zèbre», «Hyperefficient», «Surdoué», «Gifted», «Talented» sont également rencontrés, le mot «Précoce» étant généralement réservé aux enfants.

L’adulte doué, le Zèbre, possède des caractéristiques singulières.

Même si les modalités pratiques du coaching sont celles du coaching individuel, ces caractéristiques rendent son accompagnement particulier et nécessitent de la part du coach une posture spécifique, proche de l’accompagnement existentiel ou philosophique..

Ainsi, l’accompagnement existentiel de l’esprit humain commence avec la conviction que bien que les humains sont essentiellement seuls au monde, ils aspirent à être reliés aux autres. Les gens veulent avoir un sens dans la vie des uns et des autres, mais finalement, ils doivent se rendre compte qu’ils ne peuvent compter sur les autres pour valider leur réalisation. Ils doivent enfin reconnaître et comprendre qu’ils sont fondamentalement seuls (Yalom, 1980). « Le résultat de cette révélation est l’anxiété de savoir que notre validation du Sens de l’existence doit venir de l’intérieur et non pas des autres. »

La consultation philosophique, récemment apparue, elle est appliquée dans de très nombreux domaines, voulant privilégier bien être et connaissances. La posture est humaniste, la rencontre se veut celle d’un sujet à un autre, la communication est privilégiée. Là encore les questionnements, les souffrances, les paradoxes sont au premier plan. Là où le questionnement existentiel offre les apports de l’existentialisme, la consultation philosophique introduit des références à des modèles philosophiques.

Posture du coach de Haut Potentiel / Zèbre

Face à un Zèbre, le coach est exposé à divers dangers :

  • Il peut éprouver des difficultés à suivre la logique de son client et sa vitesse de raisonnement.

  • Il peut ressentir de la jalousie ou de la peur. Parfois, la douance du Zèbre provoque une admiration ou une soumission excessive chez le coach qui ne sait plus travailler que dans la séduction, voire la flatterie. Cette réaction contre transférentielle très caractéristique est moins marquée chez les coachs qui sont eux-mêmes Zèbres.

  • Il peut entrer en décalage, empêchant ainsi le lien de s’établir.

  • Enfin le coach, dont la spécialité est l’humain, peut se sentir débordé par la compréhension intuitive et profonde de l’humain par son client, ainsi que par ses émotions. Certains coachs n’arrivent pas à gérer ces aspects là.

Les travaux de Jeanne Siaud-Facchin, de Kazimierz Dabrowski, entre autres, conduisent à penser qu’en adoptant une posture spécifique, alliant hypersensibilité émotionnelle, activité cérébrale intense et surtout bienveillance, et en s’appuyant sur l’expérience partagée, le coach permet au lien de s’établir et ainsi au client doué d’être acteur de sa transformation.

Quelques caractéristiques courantes de l’adulte Haut Potentiel / Zèbre

  • L’hyperesthésie  (réceptivité sensorielle exacerbée)
  • L’hypersensibilité émotionnelle

  • L’activité cérébrale intense

  • Le traitement plus rapide et en arborescence des informations et perceptions

  • Le déficit de l’inhibition latente qui empêche le filtre des informations de moindre importance et entraîne une « surcharge » du cerveau (hyperconscientisation, il voit tout, entend tout, enregistre tout…)

  • Un mode de raisonnement global et en dessous du seuil de la conscience qui permet d’arriver aux bons résultats mais sans être capable d’expliquer les étapes ayant mené à la résolution du problème

  • Un intense sentiment de décalage et d’incompréhension mutuelle avec le reste du monde

  • L’impression de se voir vivre sa vie, de n’être que spectateur et non acteur de son existence, de ne pas « être » là

“Être surdoué c’est d’abord et avant tout une façon d’être intelligent, un mode atypique de fonctionnement intellectuel, une activation des ressources cognitives dont les bases cérébrales diffèrent et dont l’organisation montre des singularités inattendues. Il ne s’agit pas d’être quantitativement plus intelligent mais de disposer d’une intelligence qualitativement différent. Ce n’est vraiment pas la même chose ! Être surdoué associe un très haut niveau de ressources intellectuelles, une intelligence hors normes, d’immenses capacités de compréhension, d’analyse, de mémorisation ET une sensibilité, une émotivité, une réceptivité affective, une perception des cinq sens, une clairvoyance dont l’ampleur et l’intensité envahissent le champ de la pensée.”
Jeanne Siaud-Facchin
dans « Trop intelligent pour être heureux? »
Menu